Une filière caprine riche de sa diversité

Rhône-Alpes fait incontestablement partie des grandes régions caprines. Cependant, la région se caractérise par la co-existence d’un secteur de livraisons à l’industrie et d’une part importante de transformation fermière.

Si la filière régionale ne pèse que pour 6 % dans la collecte nationale de lait de chèvre, elle occupe la première place pour la transformation fermière.

Depuis 2014, le volume de lait de chèvre transformé à la ferme a dépassé la part livrée à l’industrie.

Le poids de la filière régionale en quelques chiffres

1ère région en nombre d’exploitations caprines

3ème région en nombre de chèvres

1ère région en nombre d’exploitations caprines laitières transformant à la ferme

1ère région pour la fabrication de fromages de chèvre fermiers

5ème région en collecte de lait de chèvre

1ère région en production caprine bio

1 275 élevages de plus de 20 chèvres (2010)

119 000 chèvres et chevrettes saillies (2015)

850 producteurs caprins laitiers transformant à la ferme (2010)

Un quart des volumes nationaux en transformation fermière de lait de chèvre (2015)

6 % de la collecte nationale de lait de chèvre (2015)

162 élevages caprins bio (2015)

17 % du cheptel caprin bio français (2014)

Les différents secteurs de la filière caprine régionale

Le nombre de producteurs livrant du lait de chèvre en Rhône-Alpes a fortement diminué ces dernières années (- 42% en 10 ans).

En 2015, on dénombrait 323 livreurs (source Galilait), et l’enquête annuelle laitière comptabilisait 26 Millions de litres de lait de chèvre livrés.

Les entreprises de transformation ont elles aussi connu une restructuration. Deux entreprises se partagent aujourd’hui 80 % de la collecte. Cependant, il reste un grand nombre d’établissements, parfois de taille artisanale, qui collectent de petits volumes de lait de chèvre.

Pour plus d’information, allez à la page « Observatoire des livraisons de lait de chèvre en Rhône-Alpes »

 

Un traitement des données du recensement agricole 2010 a montré qu’avec 849 éleveurs caprins qui transforment à la ferme, Rhône-Alpes était la première région française en nombre de producteurs caprins laitiers fermiers.

Le volume de lait de chèvre transformé à la ferme en Rhône-Alpes est estimé à 30 Millions de litres (2015) et représente 24 % de la production nationale caprine fermière.

Rhône-Alpes a la chance d’accueillir sur son territoire 3 fromages de chèvre AOP sur les 14 reconnus au niveau national :

– le plus ancien : le Picodon, localisé en Drôme et Ardèche, avec une production de 487 tonnes en 2015

– le Chevrotin, le « petit reblochon de chèvre », localisé sur les Savoie, avec une production de 66 tonnes en 2015

– la petite dernière : la Rigotte de Condrieu, localisée sur le Massif du Pilat, avec une production de 93 tonnes en 2015

Trois autres fromages de chèvre AOP ont des zones de reconnaissance qui débordent sur Rhône-Alpes : le Banon, le Charolais et le Mâconnais.

Encore peu connue des consommateurs, la viande caprine, de chevreau ou de chèvre, a pourtant de l’avenir dans nos assiettes.

Dans leur majorité, les chevreaux de boucherie sont engraissés dans des ateliers dédiés et abattus dans des abattoirs spécialisés.

De la même façon, les chèvres de réforme sont commercialisées par quelques négociants sur des circuits très spécifiques.

Cependant, en Rhône-Alpes, les éleveurs caprins sont de plus en plus nombreux à faire le choix de valoriser en direct et en circuit court, en viande fraîche, charcuterie ou conserve, leurs chèvres et leurs chevreaux qu’ils engraissent à la ferme.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page « Viande caprine ».

Pour plus d’informations, téléchargez l’état des lieux de la filière (novembre 2016) :

Téléchargez le diaporama de présentation de la filière caprine en Auvergne-Rhône-Alpes (avril 2017) :